Calvi : Une antenne de la Maison de l'adolescent en Balagne

Rédigé le 27/11/2018
(Jean-Paul-Lottier)

L'annonce de la création d'une antenne Balagne de la Maison de l'adolescent à Calvi en a été faite ce lundi par le Maire de Calvi, Ange Santini, lors de la conférence du Professeur Marcel Rufo au VV Orizonte Novu sur le thème "Les comportements dangereux de l'adolescent".

Près de deux cents personnes se sont pressées ce lundi 26 novembre à 19 heures, au VV Orizonte Novu de Calvi, pour assister à la conférence-débat du Professeur Marcel Rufo, pédopsychiatre de renommée internationale. 
Avant que ne débute cette conférence, Ange Santini, Maire de Calvi a salué le public, avant de remercier chaleureusement le professeur Marcel Rufo et d'ajouter: 
" C'est un homme très attaché à notre Ville de Calvi qu'il fréquente très régulièrement depuis une cinquantaine d'année et qui est comme chacun le sait un pédopsychiatre de renommée nationale et internationale. Depuis le mois d'octobre 2015,  à l'initiative de notre adjointe en charge des affaires scolaires, de la jeunesse et de l'enfance que je salue ici pour son implication avec l'équipe du Pôle Enfance de la ville et différents services, nous avons mis en place  un service de consultation pour les adolescents en difficulté. Cette consultation est assurée chaque mois par le Professeur Rufo qui a accepté de venir à titre gracieux consulter les enfants résidents à Calvi, plutôt qu'à Marseille. 
Cela fait 3 ans que nous nous battons pour avoir cette MDA à Calvi. Le combat est difficile mais il est mené avec force et conviction par toute une équipe mais aussi par la pugnacité de la Ville de Calvi 
Parallèlement, toujours en relation avec le professeur Rufo et l'ARS de Corse,  Annie Falcucci et son équipe  ainsi que les différents services, dont celui de mon Cabinet, ont réfléchi à l'implantation d'une Maison des Adolescents (MDA) à Calvi".


Un accord trouvé avec l'Agence Régionale de santé 
Puis de poursuivre: 
"L'implication de tous et le travail accompli font comme j'ai eu l'occasion de le dire qu'aujourd'hui nous sommes en mesure de vous annoncer que pas plus tard que cet-après-midi, nous avons rencontré en Mairie Norbert Nabet, Directeur Régional de Santé en Corse ( ARS). 
Ce dernier a été sensible à notre projet et à notre volonté d'oeuvrer pour notre jeunesse. 
Il nous a annoncé qu'il était favorable à la création à Calvi d'une antenne Calvi-Balagne de la Maison des adolescents. Celle-ci serait intégrée à une MDA de Haute-Corse qui pourrait également accueillir une section Corte-Centre. 
C'est, vous l'avez compris, une très grande avancée et nous nous en réjouissons"
 

117 consultations sur l'année 2017 et une centaine de patients en liste d'attente 

Le Professeur Marcel Rufo se réjouissait pour sa part de voir qu'un public aussi nombreux avait répondu à cette conférence-débat sur le thème " Les comportements dangereux de l'adolescent". 
Sans la salle, outre les personnes déjà citées, on notait la présence du Dr François Agostini, du Dr Gilbert Giudicelli et d'un représentant de la Gendarmerie de Calenzana qui ont tous eu l'occasion de travailler sur ce dossier des adolescents, Jean-Louis Delpoux et Françoise Sévéon, adjoints au Maire de Calvi, Jean-Louis Angeli, principal du collège Dr Jean-Félix-Orabona de Calvi et toute son équipe éducatives, des pères et mères de famille, représentants d'association, Jeanine Maraninchi, responsable  de la section Balagne de la Ligue contre le cancer.... 
Le professeur Rufo précisait que ce dossier sur l'enfance et l'adolescent a pu aboutir grâce à la pugnacité de la Ville de Calvi, grâce au travail d'Annie Falcucci et son équipe mais aussi grâce  aux représentants de la gendarmerie, de la police judiciaire, des associations, des enseignants et autres. 
Il précisait ensuite qu'il travaillait aussi en étroite collaboration avec deux autres pédopsychiatres, Mathieu Zanotti, fils de l'ancien maire de Calvi et une jeune femme de la MDA de Toulon mais aussi le Dr Pierre Giansily du CH Bastia, Marcel Torracinta du Centre Médico psycho pédagogique de Bastia... 
Le professeur Rufo précisait que pour l'année 2017, au total, avec son collègue le Dr Krikorian, ce sont 80 adolescents, 69 enfants et 4 jeunes adultes qui étaient pris en charge lors des consultations. Il faut également savoir qu'à l'heure actuelle, pas moins d'une centaine de patients est en attente. 
" Nous avons aussi décidé de mettre en place des consultations téléphoniques via Skype" précise le Professeur Ruffo avant de rentrer plus en détail sur le type de consultations effectuées. 

Violences physiques, addictions, harcèlement, suicides 

Les cas les plus fréquents sont liés à des troubles du comportement familial et scolaire, à des réactions agressives suite à des désordres intrafamiliaux, à des phobies, des cas d' anxio dépressivité, des troubles du comportement alimentaire et hélas des tentative de suicide. 
"A ce jour, il faut savoir que la première cause de mortalité chez l'adolescent est consécutive à des conduites à risques et que la seconde est directement liée au suicide par arme à feu, ce  qui peut s'expliquer en Corse par la présence d'armes  dans bon nombre de foyers. Enfin, la troisième cause est due au cancer et maladies chroniques à l'adolescence. 
La plupart du temps, ces consultations sont liées à des violences physiques (agressions, viols...) à des addictions (drogues...), ou encore à du harcèlement (moral, sexuel...)".
 

Des consultations d'adolescents mais aussi... d'enfants! 

"J'ai également été frappé à Calvi par le nombre de consultations d'enfants car dans mon esprit j'intervenais à Calvi pour des adolescents. La plupart  de ces enfants viennent de familles de militaires, ce qui peut très bien se comprendre compte-tenu du contexte. Ce qui est rassurant, c'est que pour la plupart de ces consultations, le père de famille se déplace avec l'enfant et essaie de comprendre les raisons de ces comportements et accepte de travailler avec nous". 

Le Cyber harcèlement est redoutable 

Les dernières vidéos de harcèlement et d'agressions circulant sur les réseaux dont nous nous sommes fait l'écho est un problème qui est pris très au sérieux par le groupe de travail de Calvi qui n'a pas attendu ces deux dernières affaires pour travailler sur le sujet. 
"Le cyber harcèlement est redoutable. Il faut bien évidemment protéger les adolescents victimes mais il faut aussi comprendre les raisons et les motivations de ceux qui les provoquent car eux aussi quelque part sont des victimes à la base. 
Je voudrais juste ajouter que j'apprécie beaucoup ce que fait Jean-François Bernardini et son fondation UMANI à laquelle j'adhère.
 

Les petites phrases 

Face à son public, le Professeur Rufo a eu des phrases fortes pour résumer certaines situations. Parmi celles-ci, on retiendra:  "L'adolescent veut être unique et semblable aux autres",  " La violence c'est naturel, j'attaque pour exister", "La violence est une conduite à risques, ce n'est pas une violence, c'est de la souffrance", "Les parents aujourd'hui ont fait des progrès mais ils sont aussi séducteurs de leurs enfants alors qu'il doivent avant tout être là pour les éduquer". 

Au cours de la conférence, le Professeur Rufo a aussi affiché sa volonté de travailler au plus près avec les écoles et les enseignants et s'est exprimé sur le cas des enfants adoptés ou encore sur les structures mises en place où les adolescents sont dirigés par rapport à leur pathologie. 
Un débat constructif devait suivre. 
Annie Falcucci devait remercier chaleureusement le VV "Orizonte novu" et son directeur pour leur 
accueil. 
Enfin pour résumer son attachement et son implication pour Calvi, le Professeur Marcel Ruffo a eu cette très belle phrase en guise de conclusion: 
"Je dois à Calvi ce que Calvi m'a donné" !